A travers les différents stages et ateliers que j’ai pu donner,
j’ai souvent constaté que plusieurs questions revenaient souvent.
C’est également des questions que les personnes me posent par mail ou
sur facebook. J’ai donc décidé d’y répondre dans cet article.

En quoi le chamanisme t’aide au quotidien ?

Déjà il faut savoir que pour moi le chamanisme est un peu comme une pratique d »‘hygiène de vie ». Certes il y a un côté spiritualité, un rapport sacré à la Nature mais c’est avant tout ( à mes yeux ) une pratique pour « vivre » et donc on peut l’utiliser chaque jour. Le chamanisme nous enseigne à re-communiquer avec notre environnement, d’arrêter de faire « ce que l’on pense qui est bien » de notre point de vue d’humain.

Ainsi j’utilise le chamanisme pour écouter un esprit d’un lieu (mon appartement, les lieux où je travaille) pour savoir ce qu’il veut, ce qu’il aime. Par exemple quand je fais un stage, me mettre en lien avec le lieu me permet de savoir si il y a des déséquilibres énergétiques, son histoire ou bien savoir si c’est un lieu qui a besoin de calme ou à l’inverse qu’on y fasse des choses dynamiques. Concrètement, si on veut organiser un stage hyper dynamique, dans un lieu dont l’esprit a besoin de calme…ça ne va pas trop avoir de succès car le lieu ne va pas aider !

J’utilise aussi le chamanisme pour me ressourcer, m’aider quand il y a des situations qui me pèsent ou que je ne comprends pas.

C’est également un puissant outil de transformation : il m’a permis d’oser arrêter des choses qui n’étaient pas bonnes pour moi, transmuter mes relations familiales, mettre en place ce que j’aime dans ma vie.

Comment as-tu su que c’était ta voie ?

Le chamanisme m’a toujours appelé, au début sans savoir ce que c’était : petit je parlais aux plantes, aux animaux, je faisais des potions magiques et je m’évadais sans cesse dans des mondes imaginaires. Rien que lors d’un voyage en voiture, si il pleuvait, je pensais que les gouttes d’eau se déplaçant sur les vitres étaient vivantes. Puis avec le temps j’ai découvert des livres et des stages sur le chamanisme : tout ce que j’ai pu lire me paraissait évident… Pour moi le chamanisme n’est pas une voie réservée à certains, ce n’est pas quelque chose d’élitiste. Comme dit à la question d’avant, le chamanisme est pour moi un mode de vie : apprendre de nouveaux points de vue, communiquer avec d’autres formes d’intelligences, se remettre en lien avec son environnement (physique et énergétique) et l’écouter. 

Est ce que tu te considère comme chaman ou comme druide ?

Et bien…ni l’un ni l’autre ! D’abord une brève explication sur les termes. Le mot « chaman » (chamane, chaman, shaman) ou bien chamanisme provient à la base de Sibérie, la racine est « Saman » qui peut vouloir dire « danser » par exemple. Ce mot était employé par les tribus pour désigner le guérisseur (qui avec la transe était en lien avec les esprits). Dès lors les anthropologues ont utilisé le mot « chamanisme » pour désigner toutes les pratiques pour se relier à la Nature et aux esprits, observées dans les différentes cultures  qu’ils étudiaient. Ainsi le druidisme est le chamanisme occidental. 

Dans le druidisme on trouve 3 grades parmi ceux qui suivaient cet enseignement : les bardes (l’équivalent d’une première année) qui maitrisaient l’art (les chants, les poèmes, les contes) ; les ovates qui possédaient le savoir des plantes et des pierres qui guérissent ; les druides qui étaient philosophes et enseignants. 

Je ne me considère pas comme chaman, druide ou autre car pour moi, cela correspond à une posture spécifique dans une tribu ; or de nos jours on ne fonctionne plus comme cela. Le chaman ou le druide étaient considérés comme détenteurs de la sagesse et du pouvoir, ils étaient (sont) consultés pour toutes les décisions importantes. Pour ma part j’utilise le chamanisme pour accompagner l’autre dans la guérison de son être, de son âme. Chaman, Druide sous entend qu’il y a des élus qui peuvent l’être après une initiation, une reconnaissance par un autre chaman etc. Pour moi, comme je pars du principe que c’est un mode de vie (comme la naturopathie, le yoga etc) tout le monde peut pratiquer le chamanisme. Après cela ne veut pas dire que tout le monde peut l’utiliser pour guérir l’autre (en tant que thérapeute) ; je m’explique : tout le monde peut guérir une blessure quand un ami, un enfant se blesse, cela ne fait pas de nous des infirmiers pour autant :).

Tu es formé au Reiki, comment gères tu les deux ? Est ce qu’à un moment donné il faut choisir ?

Effectivement j’ai passé mes 3 degrés de Reiki. Avant cela je m’intéressais et pratiquais déjà le druidisme. Le Reiki m’a permis d’affiner mes ressentis énergétiques, de mettre de mots sur des mécanismes subtiles que je percevais sans trop savoir pourquoi. Il m’a également permis d’améliorer mes capacités de toucher énergétique : me toucher moi, toucher l’autre pour me guérir ou le guérir. J’ai pu également ressentir la structure énergétique avec le Reiki. Ce dernier a également déblayé la voie pour le chamanisme.

Pour moi il n’y a aucune incompatibilité avec chamanisme et Reiki. Lorsque je fais de l’accompagnement individuel je peux être amené à me connecter à l’énergie Reiki car l’on me montre pendant la séance que la personne a besoin d’un ré-équilibrage énergétique par exemple. Le chamanisme est une pratique très intégrative, qui nous apprend à utiliser autrement nos outils, le Reiki est donc pour moi un outil au même titre que mes pierres, mes élixirs, mes plantes et mes encens. Par contre il est vrai que pour moi, ma base c’est le chamanisme, mais c’est parce que « je suis tombé dedans quand j’étais petit ». Une dernière chose : quand on commence à suivre un enseignement, le chamanisme par exemple, il est important de vider sa coupe et de ne pas comparer. Par exemple pour le chamanisme j’ai mis de « côté » ce que je savais en reiki, en partant du principe que pour mon initiation au chamanisme je partais de 0, c’est « vider sa coupe ».

Comment trouver son animal totem ? Quel est ton animal totem ?

Il n’y a pas UNE méthode pour trouver son animal totem. Certaines personnes savent depuis toujours quel est leur animal totem (c’est une évidence), d’autres ont sa visite lors d’un rêve ou d’une visualisation ou bien sont d’un coup appelées par un animal ou ont plein de synchronicités autour d’un animal. 

Si l’on veut être sûr de son animal totem, comprendre quelle énergie il incarne et faire bien le lien avec lui, il faut le rencontrer lors de ce que l’on appel le voyage chamanique. C’est un état de conscience élargie, obtenu grâce au battement répété du tambour qui met le cerveau dans un état spécifique. On est donc en lien avec les mondes subtils (mondes chamaniques), tel que le monde d’en bas (pas quelque chose de négatif) où se trouvent les esprits de plantes, d’animaux et l’esprit de notre animal totem. Je propose des stages pour apprendre le voyage chamanique et rencontrer son animal totem

En ce qui concerne mon animal totem…c’est quelque chose d’intime donc je ne vais pas en parler ici. En revanche, ceux et celles qui me connaissent bien peuvent le deviner. Je peux cependant vous livrer mon premier animal totem : c’était une meute de loup ! Oui oui la meute, avec 5 loups : le loup alpha qui était une gigantesque (comme dans Princesse Mononoké) femelle blanche aux yeux dorés et 4 loups gris aux yeux verts, bleus, violets et oranges. Ils sont toujours quelque part, en lien avec moi, mais actuellement j’ai un autre totem :).

Comment les personnes qui vivent en ville, travaillent au bureau, qui ont très peur de rapport avec la Nature peuvent-elles garder un lien avec elle ou se reconnecter ?

J’aime beaucoup dire que je pratique et j’enseigne un chamanisme urbain. Il existe beaucoup de stages de chamanisme en pleine nature, c’est très important de savoir retourner en Nature mais il est également important pour moi, de savoir voir et honorer la Nature qui est également en ville. Les villes sont en grandes souffrance, car l’on ne se relie plus aux êtres vivants qui y vivent, or la vie est partout ! Donc pour moi on peut garder le lien en continu avec la Nature. Car même si dans notre environnement physique il n’y a pas de plantes visibles, il y a les bactéries, les champignons, des insectes ou des araignées, donc la Nature est partout physiquement et énergiquement ! Quand on pratique régulièrement le chamanisme, on peut donc être en lien avec son animal totem, ses alliés végétaux même au bureau !

De plus, je sais que plus il y a aura de personnes qui se remettent en lien avec les énergies subtiles de la Nature dans les villes…et bien plus la Nature pourra se re-développer dans les villes. C’est comme si avec notre regard on pouvait aider les esprits de la Nature à faire leur boulot. 

Le chamanisme et les enfants ?

Pour moi les enfants sont plus doués que nous en terme de chamanisme !! Le lien avec leur animal totem et les esprits de la Nature est très fort et très présent. C’est avec notre système d’éducation que le lien se brise et que la souffrance prend de la place. Alors le seul conseil que je peux donner c’est de leur permettre de garder le lien. Il ne s’agît pas non plus de dire « oui les dragons existent » car effectivement à l’école ça va poser problème. Mais expliquer que le monde de l’imaginaire est un monde autre que le notre, qu’il n’est pas physique, mais qu’il a son importance. Cela fait beaucoup de bien d’être dans le monde de l’imaginaire. Mais il ne faut pas oublier qu’il est important aussi de faire des choses dans notre monde physique pour continuer à faire du bien aux créatures du monde imaginaire :).

Quelle est l’expérience la plus forte que tu ai vécu avec le chamanisme ?

Il y en a eu tellement des expériences super-méga-fortes avec le chamanisme. Mais je vais vous en raconter une en plusieurs épisodes ; ma rencontre avec l’esprit du Renard.

Episode 1, première rencontre en voyage.

Lors de mon recouvrement d’âme (grand processus de guérison chamanique), durant un voyage à la recherche d’un allié je me retrouve dans un terrier… devant moi une masse noire, grosse et difforme. J’ai l’expérience du voyage, mais je panique en me demandant quelle créature affreuse va apparaitre : bah oui une masse noire, au fond de la Terre c’est forcément un monstre !! Finalement la boule noire disparait et laisse place à un renard tout orange, avec un visage bien malicieux. A ce moment, dans ma tête ça fait tilt « mais oui les renards vivent dans des terriers ! », j’ai quand même vérifié sur internet après car j’avais un doute.

Le renard me met alors devant un miroir et demande que je me décrive, une fois cela fait le miroir se brise….Il ne se passe plus rien.

 

Episode 2, premier résultat dans la matière suite à ma rencontre avec l’esprit du renard

Quelques semaines après cette rencontre…tout part en vrille dans ma vie professionnelle : je prend la décision d’arrêter ma thèse après 2ans, c’est le gros saut dans le vide : oser dire non, oser arrêter quelque chose, oser ne pas aller au bout, oser dire « je me suis trompé de voie », oser aller à l’encontre de mon père etc…

Mais je dois ruser, car si je veux arrêter ma thèse c’est que 1) ce n’est plus ma voie mais surtout 2) l’environnement est devenu très toxique avec un chef pas forcément bienveillant. Le renard m’a aidé pour en sortir indemne. Mais maintenant une peur prend place : comment vais-je faire financièrement ?

 

Episode 3, une rencontre physique !

Lors d’un énième stage de chamanisme (je ne les compte plus), quelques mois après mon arrêt de la thèse, je rencontre dans la Nature (physique) un renard ! Le stage se déroulait pas loin de Lyon, c’était la première fois que je venais dans ce lieu (qui me semblait familier), j’arrive en co-voiturage, de nuit, quand soudain quelque chose traverse la route et s’arrête en plein milieu…c’est un petit renard roux ! Il marque une pause et plonge son regard dans le mien… puis continue son chemin.

Pas de renard en voyage chamanique pendant le stage.

 

Episode 4, une sacrée « coïncidence » !

Un moins après l’épisode 3, le stress concernant les finances continue d’augmenter…je dois recevoir un appel des ressources humaines. Lors que je reçois ce coup de téléphone, je ne peux répondre, la personne laisse donc un message sur mon répondeur. Ce message me dit que : finalement la faculté continuera de me payer jusqu’à la fin de mon contrat, même si je ne fais plus ma thèse… La personne me donne alors ses coordonnées pour la rappeler, son nom de famille est….RENARD !

Ainsi je peux faire mes formations tout en continuant d’être payé…Un superbe cadeau et j’en suis encore très reconnaissant.

 

Episode 5, on se revoit en voyage !

2 mois après le coup de téléphone magique…lors d’un autre stage (toujours dans ce lieu où j’ai croisé un renard sur la route), alors que je ne l’avais pas revu en voyage depuis août 2015, le renard se pointe en voyage et très fermement cette fois-ci, il me fait comprendre qu’il est un allié important pour moi et que je dois faire appel à lui quand je fais des ateliers ou des soins !

 

Dernier épisode : une rencontre très émouvante

Lors de l’été qui a suivi l’épisode 5…je suis accompagnant pour un stage de chamanisme spécial enfant (une superbe expérience dont il faudrait que je vous parle un jour !). Le stage adulte se déroule en parallèle. Le stage se passe toujours dans cet endroit à côté de Lyon où j’ai croisé un renard.

Durant une journée entière, je laisse le groupe des enfants pour pouvoir être gardien du feu lors d’une hutte de sudation : je suis chargé de maintenir le feu en forme et d’apporter les pierres chaudes dans la hutte. J’avoue ne pas savoir dans quoi je vais me lancer.

Le chaman qui fait la hutte de sudation et qui doit m’initier au rôle de gardien du feu arrive le matin…nous portons exactement le même t-shirt de couleur marron-orangé.

Le moment de la hutte arrive…le chaman arrive donc avec sa « tenue » et ses trésors…il a autour du cou une…Peau de renard et un crâne de renard… OK je sens que cette journée va être bien costaud !

Je ne développerai pas ce j’ai vécu pendant que j’étais gardien du feu. Ce fût une expérience très dure, très belle… une belle réparation avec le masculin et une belle affirmation de ma puissance et mon amour de l’autre…MERCI RENARD.

The last but not least : quelques jours après ce séjour, j’apprend via une personne de ma famille que, ma mère (qui est décédée) allait en colonie de vacances, dans ce lieu où j’ai rencontré physiquement le renard, où j’ai été initié au feu par ce chaman-renard et où j’ai animé un stage pour enfants.

Bref ma mère était présente depuis le début et je comprends mieux pourquoi ce lieu m’était familier. 

Voilà…je trouve que cette histoire résume bien mon chamanisme, ce qu’il m’apporte et comment il agît. 

adipiscing ultricies ipsum id vel, luctus felis libero suscipit dolor.