Depuis plusieurs années maintenant le chamanisme est complètement à la mode : il y a une multitudes d’ouvrages dans les librairies, et une multitudes de stages, de formations, de cercles, d’ateliers et de soins qui sont proposés. Il y a aussi un nombre impressionnant de personne se revendiquant soudainement comme « chaman »… demain tous et toutes chamans ? On en est pas loin ! Dans cet article je vous parle du chamanisme moderne.

Comme toujours en spiritualité, l’émergence d’une mode entraine de nombreux débats, avec parfois des confrontations entre « paroisses » : chacun et chacune a sa vision du chamanisme et son approche. 

Dans cet article je souhaite donc vous parler du chamanisme que je pratique, un chamanisme que j’appelle « chamanisme moderne« . Je ne pense pas que ce chamanisme soit mieux ou moins bien que d’autres chamanismes, seulement c’est celui qui me parle, me fait vibrer, correspond à mes valeurs, et surtout que je pratique depuis 7ans maintenant !

Il existe un multitude de chamanisme, dont le chamanisme moderne

Aux origines du mot « chaman »

Il existe un croyance tenace : le chamanisme a pour origine la culture amérindienne. Or, il y a actuellement une sorte de consensus pour dire que le « chaman » est un mot qui a été utilisé par les explorateurs et les anthropologues pour désigner les hommes ou les femmes de certaines cultures « tribales » qui exercent une fonction multiple : prêtre/guérisseur/sorcier etc. Le mot « chaman » vient des langues dites « toungouses« , « saman », langues parlées en Asie du Nord par exemple. Nous sommes bien loin du continent Nord-Américain !

Du chamanisme sur tout le globe terrestre !

Le mot « chamanisme » est donc une invention d’anthropologue/d’observateur pour désigner des pratiques de reliance à la nature, et tout un système de croyance qui se base sur l’existence « d’esprit », « d’entité spirituelle associée à des lieux, des plantes, des animaux, des morceaux de nature » etc. Dans le « chamanisme » on retrouve aussi différentes voies qui mènent à l’état de transe : danse, tambour, jeûne, substances hallucinogènes (plantes ou animaux), souffrance physique…. 

Avec cette définition, il n’y a donc pas que les amérindiens qui pratiquent le chamanisme !

Le chamanisme se retrouve aussi dans la forêt amazonienne, sur tout le continent africain, mais aussi en Asie, en Océanie et même en Europe ! Le druidisme est une forme de chamanisme européen, ainsi que les traditions païennes. 

Il y a parfois de nombreux points communs dans les pratiques (utilisation de percussions par exemple pour passer dans un état de conscience modifiée), mais aussi des divergences dans les rituels ou les croyances. C’est le principe de la richesse culturelle !

 

Une voie spirituelle qui se ré-invente, jusqu’à devenir un chamanisme moderne

Le chamanisme est donc un mot « vulgaire » qui désigne tout un ensemble de pratiques spirituelles, ésotériques et traditionnelles sur l’ensemble du globe terrestre. Il serait selon moi plus juste de parler « des chamanismes » plutôt que « de chamanisme ».

N’étant pas une religion avec un dieu précis, le chamanisme évolue en permanence et ne dépend pas d’enseignements inscrits dans des livres. Les transmissions sont souvent orales et se teintes des histoires des populations pratiquant le chamanisme. 

Le chamanisme n’a pas de dogme, n’a pas de maitre, et n’a pas de représentant officiel, si ce n’est toutes les personnes pratiquants les différentes formes de chamanismes. Il peut donc se ré-inventer en permanence.

La base : la reliance à la nature, la croyance qu’il existe des esprits (de plantes, d’animaux, mais également de lieux ou de notions telles que la joie ou la paix par exemple), la connexion à son intériorité par un état de conscience modifiée.

Le chamanisme dit moderne est un chamanisme qui a intégré cette base, mais s’est défait des traditions culturelles, afin de pouvoir être plus « universel ». 

Chamanisme moderne ou transculturel 

Aller au-delà de l’appartenance culturelle

Je rencontre souvent cette croyance qu’il faut appartenir à un peuple, une tribu particulière pour pratiquer le chamanisme.

« Tu n’es pas amérindien, tu ne peux pas faire du chamanisme ».

Pour moi ce genre de réflexion est issue d’une méconnaissance du chamanisme. Puisque ce dernier est universel, et se retrouve partout sur le globe terrestre…chacun et chacune peut s’en saisir.

Il est tout à fait possible d’aller au-delà de l’appartenance culturelle pour se relier à la nature et à ses esprits. 

 Le principe du chamanisme moderne ou transculturel, et justement de se détacher des traditions, pour se concentrer sur l’essence du chamanisme, afin que tout le monde puisse s’en saisir, sans être obligé d’avoir une appartenance culturelle, ni de s’approprier une culture qui n’est pas la sienne !

Un chamanisme moderne mais respectueux des traditions.

Avec le chamanisme moderne, il ne s’agit pas de faire de l’appropriation culturelle, au contraire !

Jamais je ne dirais que je fais du chamanisme amérindien ou sibérien ou encore africain !

Je ne fais pas non plus un copié/collé de ce qui se fait dans une tradition sans en comprendre les tenants et les aboutissants.

Le chamanisme auquel j’ai été initié est celui de l’anthropologue Michael Harner, un chamanisme moderne qui ne fait pas juste que reproduire ce qui se fait dans certaines traditions.

Non, le chamanisme que je pratique est universel, mais puise effectivement ses origines dans les différentes traditions terrestres. J’ai beaucoup de respect pour toutes ces traditions. Par exemple si un rituel est inspiré de telle tradition, cela sera toujours mentionné. Même si cela est parfois difficile à expliquer, puisque certains rituels sont universels et se retrouvent partout.

Le chamanisme moderne peut être vue comme une continuité de l’évolution des chamanismes, un chamanisme adapté à notre société et à notre culture occidentale.

Ainsi les rituels ancestraux sont conservés et réservés aux cultures traditionnelles, et de nouveaux rituels sont proposés pour notre mode de vie. 

Une invitation à faire avec votre environnement tout en reconnectant son énergie de « Terrien.ne »

Avec le chamanisme moderne vous n’êtes pas obligé.es d’utiliser les plantes, les symboles, les dieux et déesses et les objets d’une culture qui ne vous appartient pas.

Vous apprenez à faire avec ce que vous trouvez dans VOTRE environnement.

Partez à la recherche des plantes magiques qui poussent autour de chez vous : il y en a plein.

Renseignez-vous sur les animaux qui vivent dans votre région, allez les rencontrer en méditation, ils ont leur propre sagesse !

Et surtout, vous apprenez à connecter les choses dans l’invisible, dans les mondes subtils : et à cet endroit là il n’y a pas de frontière, ni de limite physique.

Oui, avant d’appartenir à un pays, vous appartenez à la planète Terre. Alors pourquoi vous n’auriez pas le droit de vous connecter avec votre coeur, votre âme ou votre esprit à un animal, un lieu ou une culture qui se trouve dans un autre continent ?

Si cela vient du coeur,

Que c’est fait avec respect et conscience,

Et surtout, si cela vous fait vibrer,

Qui pourrait vous dire que vous n’avez pas le droit que vous vivez dans tel pays ? Pas moi en tout cas, et ce ne sont pas les propos du chamanisme moderne. 

Comment pratiquer le chamanisme moderne ?

Il existe une multitude de façon de pratiquer et de s’initier au chamanisme moderne. Cela peut se faire en totale autonomie, en groupe ou bien avec un livre. Cela dépend des besoins de chacun. Dans cet autre article je vous partage des pratiques de chamanisme moderne : lire l’article.

Si vous souhaitez vous lancer dans le chamanisme moderne, je vous propose de rejoindre mon programme Team de Lumière : vous aurez de solides bases pour commencer un pratiquer un chamanisme moderne, en lien avec vos alliés chamaniques et guides spirituels.